dimanche 10 avril 2016

Traces : un spectacle qui va vous marquer

    Traces, c’est le spectacle d’un collectif de cirque bien connu : Les 7 doigts de la main. Je me suis rendue à une de leurs représentations et je retournerai les voir sans hésiter une seule seconde. Je dois avouer que non, le cirque n’est pas quelque chose de familier me concernant mais que ceci ne m’a posé aucun problème. Peut-être même que ça m’a aidée à apprécier le spectacle davantage.

   Le spectacle est fantastique. Ca peut sembler abrupte d’écrire ça de but en blanc mais c’est la conclusion à laquelle je suis arrivée, après une bonne heure quarante de prestations acrobatiques, poétiques et j’en passe au théâtre Bobino. Au départ, on a projeté sur le mur du fond du théâtre ce qui se passe en direct dans le hall : bizarre mais on s’y fait, c’est l’utilisation de la technologie au sein du spectacle, et ça fait du bien. Vient ensuite une parenthèse (très) drôle que je regrette de ne pas avoir prise en notes (oui, j’ai pris des notes, dans le noir, pendant toute la durée de la performance). Un petit moment où, à l’inverse des spectacles classiques, une douce voix à l’accent québécois vous dit de « laisser vos portables allumés » ou encore de manger sans vous gêner dans l’enceinte du théâtre puisque des gens prendront ensuite « une heure pour tout nettoyer ». La salle est plongée dans le noir, jeunes et moins jeunes attendent l’entrée en scène des artistes.

    En quelques secondes, le décor est planté. En parlant de ce dernier, c’est un univers particulier qui nous est donné à voir lors de la représentation. Deux mâts chinois se dressent en plein milieu de la scène tandis que des chaises – sept – sont au fond de la scène. On aperçoit vaguement un piano qui nous a une place particulière dans la représentation. Les artistes entrent en scène, vêtus de pantalons gris, de vestes de costume ainsi que de t-shirts blancs. C’est simple, mais ça marque l’œil (je vous assure que c’est vrai). Des sauts, des portés, le tout minutieusement chorégraphié sont mis en œuvres et parfaitement exécutés pendant quelques minutes. On s’habitue rapidement aux différents visages des protagonistes. Et puis vient le moment d’en apprendre plus sur eux : non ce ne sont pas que des corps qui font des performances stupéfiantes ; ce sont aussi des personnes. Il y a donc Kévin, Harlay, Anne-Marie (la seule femme du groupe), Yann, Song, Lucas et Kai qui se présentent rapidement, avec leur ville d’origine et leurs particularités. Plus tard nous découvrirons même leur poids, leur taille et quelques autres éléments de leur personnalité.

    Les performances sont extrêmement diversifiées : du mâts chinois, de la guitare, du trapèze et j’en passe. Le tout est savamment construit autour du thème de la trace, du fait que tout soit éphémère. On pourrait avoir en tête l’image d’une représentation qui veut montrer ce qu’elle a dans le ventre à l’aide de figures de force, tout le temps. Là, c’est différent. La force est bien là, mais ce qui permet de faire sortir ce spectacle du lot de ce qu’on peut voir aujourd’hui, c’est sa poésie. Ces corps qui s’expriment sur scène ont l’art de vous transporter. Ils vous font rêver (parce qu’ils sont musclés mais pas seulement) grâce à la façon dont le spectacle est construit. L’alternance entre moments forts de groupe et moments solos permet de mettre les talents de chacun en avant et en même temps, de montrer le travail d’équipe qui se cache derrière la création de ce spectacle.

    Pour être honnête, je ne sais pas si cette performance mérite de n’être classée que dans la catégorie « cirque ». Je pourrais aussi la ranger dans la catégorie théâtre, humour, performance, un peu tout ça à la fois. Traces est une expérience magnifique et c’est un bonheur pour les yeux que de voir tant de maitrise de son corps. Pour en revenir à la catégorie « cirque », il faut que vous sachiez que vous ne verrez pas de cirque « traditionnel » en allant voir ce spectacle (ce que j’espère vus ferez, ça vous changera les idées et vous ressortirez ravis de la représentation). Le cirque est modernisé, avec des planches à roulettes (ou skateboards), des moments de danse géniaux, des échanges avec le public, du théâtre.

    Les artistes qui évoluent sur scène sont polyvalents  (je l’ai écrit un peu plus haut). Mais ce qu’il y a de surprenant, c’est que tout semble être naturel chez eux : voler dans les airs et jouer de la guitare par exemple. C’est comme si le spectacle coulait dans leurs veines et s’emparait d’eux pour leur donner une force incroyable. Outre cela, autre atout : ces artistes ne sont pas fardés et grimés avec des costumes improbables (normal me direz-vous, ils ont besoin de bouger) ce qui facilite l’idée que « ce sont des gens comme vous et moi ». En vérité, ce sont des sportifs de haut niveau : parce que performer de la sorte pendant une heure, ça me paraît épuisant, mais en faire tout un spectacle : je leur tire mon chapeau.


    Le mot de la fin maintenant que vous savez ce que je pense de Traces : c’est un morceau de performance extraordinaire qui mêle à la fois cirque, théâtre, danse et poésie, ce qui lui confère une saveur toute particulière (proche du revenez-y).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire