mardi 17 mai 2016

Festival l’Espace d’un Instant : une première édition prometteuse

    Ce week-end, j’ai eu le plaisir de me rendre à Vauréal afin d’assister au festival de cinéma L’espace d’un instant. Je ne sais pas trop par où commencer le compte rendu car tout est sujet à commentaire. Le texte sera un peu décousu, ne m’en voulez pas.

    Comme tout projet, le festival a des fondateurs, des gens qui se sont investis durant des mois pour quelques jours de fête. Qui sont donc ceux qui ont imaginé le projet ? Anastasia Rostan, professeure de lettres et Jérôme Panay, professeur de philosophie. L’implication de différents lycées est à mettre en avant : lycées Jules Verne, Galilée, Camille Claudel et Kastler. Oui, parce que c’est un projet qui vise à amener les lycéens au cinéma, et le moins qu’on puisse dire, c’est que ce fut réussi.

    Les participants et festivaliers qui ont franchi les portes (automatiques) du cinéma l’Antarès ont pu partir à la découverte de divers films. Oui, mais pas que, et c’est là que ça devient intéressant. En effet, ce festival a l’ambition d’être pluridisciplinaire comme dirait l’autre. On touche au cinéma, à l’espace, aux astronautes… Mais on découvre aussi un monde que l’on connaît peu, ou pas du tout : les planètes, l’usage des étoiles pour calculer le temps… Le tout est mis en œuvre savamment pour ne pas ennuyer le spectateur mais pour le faire devenir acteur de cette séquence de découverte : planétarium, ateliers d’animation en partenariat avec Le parc aux étoiles, installations sonores, concours de courts.

    Le premier jour, le vendredi 13 (et je pense que ça leur a porté chance), j’ai pu découvrir le film The Lebanese Rocket Society et ai bénéficié de l’intervention éclairante d’Isabelle Safa – intervention éclairante du point de vue historique. Oui ! Parce que les films sont en règle générale commentés et un débat s’anime autour de ces derniers grâce à divers intervenants : une conférence a même eu comme thème la physique dans Star Wars. Le soir même, une séance de cinéma en plein air se déroulait sous la passerelle de l’Axe majeur de Cergy. La projection de 2001, L’odyssée de l’espace a rencontré un franc succès, tant auprès des lycéens que de leurs familles. Suite le samedi – à laquelle je n’ai malheureusement pu me rendre suite à des soucis d’emploi du temps. Grâce à de valeureuses personnes qui ont répondu à mes questions (oui, j’en pose, beaucoup, parfois trop) j’ai eu des retours sur les débats animés par des lycéens appartenant à divers ciné-clubs. Du positif, rien que du positif… Le dimanche, la journée où la pression redescend – et remonte lors de la cérémonie de clôture.

Les lycéens remerciant Anastasia R.
    Cérémonie de clôture durant laquelle, un problème technique a eu lieu. On pardonne aux personnes en charge de la projection, elles n'étaient que deux à tout gérer (et pas que la direction artistique ma foi). Le problème a été contourné avec brio et je félicite les organisateurs pour avoir réagi avec tant de sang froid. Le tout a commencé avec la projection du film de Méliès Le voyage dans la Lune en ciné concert avec la formation Papanosh. Suite à cela, les différents courts proposés en concours par les lycéens ont été projetés au public. Des émotions (et j’en connais un rayon) , de la finesse, de la réflexion, parfois mieux que certains réalisateurs de ma connaissance : du potentiel.


Animation du Parc aux Étoiles
    On peut en déduire qu’ici, le cinéma apparaît comme un incubateur de savoirs, on étudie sans étudier, on apprend des choses sur l’histoire, la physique et j’en passe grâce à des films et c’est ce qui fait la force de ce festival qui dépasse le cadre stricto sensu du festival de cinéma. Je n’ai qu’une chose à ajouter : vivement la deuxième édition. Qu’on puisse rallumer les étoiles encore une fois (parce que oui, Apollinaire a honoré de sa présence l’ensemble du festival).


    Vous pouvez continuer à suivre l’actu sur la page Facebook de l’événement et les soutenir en vous rendant à la prochaine édition. Pour ma part, le rendez-vous est déjà pris – et avant le (véritable) point final, je tiens à féliciter toute l’équipe du festival qui a fourni un travail exceptionnel à l’image d’un festival tout aussi génial.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire