dimanche 26 juin 2016

Il était une critique... Le Monde de Dory



Le monde de Dory

USA, 2016
Réalisation : Andrew Stanton et Angus MacLane
Interprétation : Jean Dujardin, Virginie Efira
Scénario : Andrew Stanton et Victoria Strouse, Bob Peterson et Angus MacLane
Producteurs : John Lasseter, Lindsey Collins et Bob Roath
Distribution : Walt Disney Studios Motion Pictures International
Durée : 103 minutes
Sortie française: 22 juin 2016




    Le monde de Dory ou en anglais Finding Dory est le film qui permet aux spectateurs, un bon moment après la sortie du film Le monde de Nemo, de faire davantage connaissance avec le poisson bleu qui accompagne Marin quand il part à la recherche de son fils. C’est un film d’animation plutôt léger, rempli de moments comiques avec une histoire qui sous tend le bazar : Dory s’est enfuie après que Marin lui ait dit une chose pas très sympa, à propos de ses pertes de mémoires. Le but du père poisson-clown et de son fils Nemo ? Retrouver Dory coûte que coûte.

    Séduite par la suite des aventures de Nemo ? Je reste mitigée. Les points positifs ? On sait qui est Dory, on apprend au fil des minutes qui elle est vraiment, d’où elle vient, comment ses parents ont essayé de lui apprendre quelques astuces afin de lui permettre de gagner en autonomie – le tout lié à ses pertes de mémoire. Les rencontres se font et se défont ce qui permet de donner un certain rythme à l’histoire – et c’est loin d’être déplaisant. Les moins ? L’histoire est cousue de fil blanc, trop calquée sur le modèle du précédent film peut-être (mais à quoi bon changer une recette qui marche ?). Bizarrement, j’ai trouvé le personnage de Dory beaucoup moins attachant que dans le premier volet où il ne faisait que quelques apparitions. J’ai énormément apprécié le fait qu’on retrouve Crush la tortue (si mes souvenirs sont bons, c’est ainsi qu’elle est nommée) et j’ai trouvé agréable de voir un Marin attentionné mais peut-être pas assez aventurier qui se découvre des talents et des capacités qui lui étaient inconnues lors de ses tentatives pour retrouver Dory.

    Ce n’est certainement pas un film que je regarderai encore. Une seule fois m’a semblée bien suffisante car on saisit de suite les enjeux du film : l’amitié, la tolérance, les liens familiaux, la persévérance. Je passerai sûrement cette réalisation à mes petits cousins pour les distraire, qui sait ? Toujours est-il que techniquement, ce film répond parfaitement aux attentes qu’on se fait d’un film d’animation Pixar : une réalisation sans failles, des images bien calculées, pas de couacs techniques (quoiqu’un gros studio peut se le permettre : voyez le film dont la chansons hante forcément votre esprit… Frozen).

    C’est un film d’animation agréable auquel nous faisons face ici. Si vous avez besoin de vous détendre un de ces soirs, je peux vous conseiller Le Monde de Dory. Si vous avez le cœur plus accroché et envie de ressentir quelque chose dans une salle obscure, j’aurais plus tendance à vous dire d’aller voir Miss You Already (Ma meilleure amie en France).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire