dimanche 10 juillet 2016

Il était une critique... L'idéal




L’idéal

France, 2016
Réalisation : Frédéric Beigbeder
Interprétation : Gaspard Proust, Audrey Fleurot
Scénario : Frédéric Beigbeder, Nicolas Charlet, Bruno Lavaine, Yann Le Gal
D’après : L’idéal de Frédéric Beigbeder
Image : Gilles Porte
Montage : Dorian Rigal Ansous
Décors : Stanislas Reydellet
Producteurs : Alain Goldman
Distribution : Légende Films
Durée : 90 minutes
Sortie : 15 juin 2016



    Pour une fois que je fais une critique négative… (Enfin il en faut, quand un truc plait, il faut le dire, mais quand ça déplait, il faut le dire aussi). J’ai encore une fois essayé de voir le meilleur de ce film mais j’ai vraiment eu du mal.  Du coup, si jamais vous voyez cette réalisation, ou que vous l’avez vue, et que vous ne partagez pas mon opinion, n’hésitez pas à me dire pourquoi par mail, commentaire, pigeon voyageur, bref, ce que vous voudrez.

    L’idéal c’est un film qui dénonce plusieurs éléments du monde de la mode : le diktat de la minceur, les critères de recherche, l’image que doit renvoyer l’égérie d’une grande marque et j’en passe. C’est un sujet très intéressant mais la façon dont il est traité laisse à désirer… Beaucoup. On a là un film bourrin qui manque d’originalité et qui est prévisible à souhait. Les ressorts du film en termes de comédie sont bien trop visibles ce qui est peut-être un choix du réalisateur (bien que je ne le pense pas). Ce film qui aurait pu être bon est une véritable souffrance pour les yeux. Les plans où l’on voit le personnage principal incarné par Gaspard Proust face caméra sont affreusement gênants et créent une distance qui empêche le spectateur de rentrer directement dans le film. C’est bien dommage…

    L’histoire, comme je l’ai dit, est prévisible et essaie d’aborder de façon légère des sujets peu abordés du monde du mannequinat. Ça aurait pu être bien, si tous les points négatifs que j’ai évoqué plus haut n’étaient pas là… Je ne dirai pas que ce film n’a pas sa place à l’écran. Simplement, ce film ne mérite pas une salle de cinéma : la télévision de votre salon fera amplement l’affaire si jamais il vous prend l’envie saugrenue de regarder ce navet.

    Cela dit, c’est une adaptation et je n’ai pas encore lu l’ouvrage duquel il est tiré (oui, j’ai commencé à lire Beigbeder grâce à ce film, quand même du positif). Je vous dirai dans une chronique du livre si l’adaptation est fidèle – ou non. Cela dit, tout a été réalisé sous le contrôle de l’auteur de l’œuvre donc je gage que le film reflète le bouquin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire