jeudi 25 août 2016

ll était une critique... NERVE


NERVE

USA, 2016

Réalisation : Henry Joost, Ariel Schulman
Interprétation : Emma Roberts, Dave Franco
Scénario : Jessica Sharzer
D’après : Addict de Jeanne Ryan
Image : Michael Simmonds
Montage : Madeleine Gavin / Jeff McEvoy
Décors : Kara Zeigon
Producteurs : Anthony Katagas et Allison Shearmur
Distribution : Lionsgate films

    Il y a de cela deux ou trois semaines, je ne sais plus en fait, sortait le très teasé (et donc potentiellement attendu) film NERVE. Les bandes annonces laissaient présager un film où l’attente et la tension seraient à leur comble et on se retrouve malheureusement avec  une histoire plutôt bateau dont on imagine très rapidement la fin.

    Techniquement parlant, je n’ai rien à reprocher à ce film, quoique des morceaux de montage manquent d'esthétique,  qu’on se croirait à certains moments dans Babysitting (certainement à cause du filage à l'épaule) et que la façon dont les sms étaient incrustés dans l’image s’apparentait à l’insertion des bulles de texte dans LOL : Laughing Out Loud. Volontaire ou pas, je ne sais pas trop comment juger de la chose. Le film nous plonge dans un univers plutôt banal avec les mêmes clichés que dans les films que nous connaissons tous : l’étudiante discrète et paumée (presque comme dans Twlight) est poussée par ses amis à s’amuser davantage et à dépasser ses limites. Pensez-en ce que vous voudrez, mais ce film aurait pu être génial.

    Pourquoi « aurait pu » ? Le sujet est intéressant : les problèmes liés aux informations qui circulent à notre propos sur la Toile et qui peuvent être ensuite utilisées par d’autres pour nous piéger. C’est assez original quoique. Cela permet de remettre certains éléments en place sur la protection des informations que nous éparpillons un peu partout sur Facebook, Insta et j’en passe.

    Après les bémols techniques, passons aux problèmes liés à l’histoire du film : il paraît que lorsque qu’on s’inscrit sur NERVE, notre empreinte digitale nous identifie. Cela signifie-t-il qu’une base de données regroupant les empreintes de chaque individu existe ? Et si oui, dans quelle mesure aurait-elle été créée ? Autre nouvelle : les écrans de Mac ne sont pas tactiles bon sang ! Je ne sais pas si cela vous a surpris mais moi oui en tous cas…

    Pour couronner le tout, nous avons le droit (comme toujours) à une histoire d’amour niaise et sans grand intérêt.

    Film intéressant et distrayant tout au plus. A se demander si les véritables bons films existent encore de nos jours…


Aucun commentaire:

Publier un commentaire