mardi 27 septembre 2016

Rencontre avec… Des expats (très gentils)


    Ca fait un petit moment que je n’ai pas écrit sur des rencontres : il était temps que je m’y remette. Il y a quelques mois, juste avant l’été, j’ai rencontré par le plus grand des hasards des expatriés qui venaient en France soit pour leurs études, ou bien pour le sport, ou bien encore simplement pour visiter le pays. Je tiens vraiment à remercier ces trois personnes qui ont accepté de partager un café/ chocolat chaud au Nuage avec moi et de m’en dire plus à propos de leur expatriation – temporaire.

    Ils sont trois : Greame, Nate et Victoria. Deux canadiens, une escrimeuse américaine. Une rencontre la veille et rendez-vous est pris pour un café. Je les attends en préparant questionnaire, vocabulaire anglais (parce que oui, ceci est le premier entretien que je dois faire en anglais – enfin à l’oral s’entend) et en avant ! Les présentations se font rapidement, et la discussion part sur les idées que se font les expat’ sur nous, français (parce qu’ils ont quand même choisi la France et qu’il est intéressant de voir quels clichés ils ont en tête quand ils pensent à nous).

    En règle générale, les réponses sont similaires pour la majorité des questions. Ce qui leur manque le plus n’est pas la vie canadienne ou la vie de leur pays d’origine tout court. Ce qui leur manque, ce sont leurs amis, la famille et leurs petites amies. Peu surprenant quoique. Dans mon idée, oui, la famille peut manquer, mais ce qui me gênerait le plus, ce serait quand même de changer de lit, de meubles, de toutes ces habitudes qu’on a tous en fin de compte. Et non, les canadiens ne sont pas obsédés par le Mapple Syrup, le curling ou les Canada Goose et les pancakes… (non aux clichés !). Pourquoi la France ? Parce que sur le papier, ça a l’air sympa.

    En vérité, quelques anecdotes sont plutôt remarquables en ce qui concerne le « sur le papier, la France c’est cool ». Graeme, arrivé à Nice un dimanche visite son appartement. Bien agencé, rien à dire. Sauf… pas le nécessaire dans les toilettes : il ira dans un restaurant pour aller chercher des serviettes en papier histoire de… C’est à peu près le seul truc un peu « marquant » que l’on m’ait confié. Nate trouve les gens peu bavards, et ses camarades expatriés sont à peu près tous d’accord pour dire que non, les parisiens ne sont pas toujours très accueillants.

    Chose certaine (ou presque) : ils ne souhaitent pas forcément s’installer en France, y revenir pour le tourisme, oui, mais y vivre pendant de longues années pas obligatoirement. On peut donc noter plusieurs éléments : ne pas se fier aux clichés que l’on peut avoir en tête quand on rencontre des gens venus d’endroits différents, ne pas hésiter à aller vers eux, parce que la plupart du temps ils sont vraiment très gentils et qu’en plus, ils auront peut-être besoin d’aide pour s’acclimater à leur nouvel environnement (chercher un boulanger par exemple ou que sais-je encore).

    

Aucun commentaire:

Publier un commentaire