jeudi 26 janvier 2017

Thomas Hardy : Une femme d’imagination et autres contes


    Il y a quelques temps, j’ai pris une demi journée et j’ai lu. Ça peut paraître anodin mais avec les études, les concours, le travail et le site, il faut que je me cale des plages de lecture. N’écoutant que mon courage, je suis donc montée sur un tabouret pour atteindre le haut de ma bibliothèque (je vis dangereusement) et j’ai fouiné entre les pavés académiques que je dois lire pour les cours afin de dénicher le livre qui allait occuper mon après-midi. Naturellement, j’ai hésité entre Joseph Heller (mais Catch 22 était un peu trop long) et Thomas Hardy, un auteur britannique que j’admire pour ses nombreux ouvrages et pour son style.

    Le choix est fait : je lirai Une femme d’imagination et autres contes. Bizarrement je crois qu’il n’y a qu’un conte qui m’ait vraiment marqué même si j’apprécie beaucoup l’auteur. Donc de fait, j’ai beaucoup apprécié Le veto du fils. Ce n’est pas l’ascenseur émotionnel mais on sent dès le début que la mère du jeune homme ne sera jamais heureuse. Cependant on ignore pendant un bon moment que son fils est la raison de son malheur. J’ai trouvé ce « sacrifice » de la mère très beau même si elle finit mal sa vie. Le fait est qu’elle est du mal à marcher et qu’elle ne s’oppose jamais à son fils est aussi une image que j’ai trouvé belle au sens où elle ne se dressera jamais contre quoi que ce soit, que cela concerne son fils ou bien la vie en règle général. Elle subit.

    Les autres contes du bouquin m’ont marquée mais j’ai vraiment eu un coup de cœur pour le conte dont je vous ai parlé un peu plus haut. Si jamais vous avez envie de commencer à vous plonger dans les écrits de Thomas Hardy, je vous suggère ce petit ouvrage qui vous permettra de rentrer dans l’univers de l’auteur en douceur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire