mardi 28 février 2017

Boussole - Mathias Enard



Sortie: 19 août 2015
480 pages
De Mathias Enard

    Un ouvrage qui parle d’orientalisme à couper le souffle. Un voyage est offert au lecteur du début à la fin. Dans le style de Arria Marcella de Théophile Gautier du point de vue du souvenir, cette œuvre ne vous laissera pas indifférent. Elle vous plonge dans un monde d’Orient qui mérite d’être connu – et pas seulement pour ses pâtisseries. On comprend tout de suite pourquoi cette œuvre marquante a été récompensée du Prix Goncourt en 2015.

                  Voici, pour vous mettre dans le bain, un court  synopsis de ce que vous pourrez trouver dans cette œuvre de Mathias Enard : « Une nuit d’insomnie à Vienne, le musicologue Franz Ritter revisite sa vie à travers les souvenirs de sa carrière d’universitaire, de ses séjours en Orient                  et des moments passés auprès de celle qu’il aime, Sarah. Cette remémoration est ponctuée de digressions regroupées thématiquement en portraits qui constituent une œuvre dans l’œuvre, le traité Des différentes formes de folie en Orient en cinq chapitres : « Les orientalistes amoureux », « La caravane des travestis », « Gangrène et tuberculose », « Portraits d’orientalistes en commandeurs des croyants » et « L’encyclopédie des décapités ».

                  Qu’est-ce que rend Boussole si différent ? Beaucoup de choses. En effet, ce roman est très ambitieux. Il cherche à donner une réponses aux éléments suivants : qu’est-ce que l’orientalisme ? Est-ce un « truc » purement intellectuel ? Où commence-t-il ?  Ces questions hantent le personnage de Franz. Ces questions sont si pressantes que le personnage  ne dort pas. Le récit est donc fait lors d’une longue insomnie. Nous avons là un récit admirablement mené : ce livre est composé comme un artiste le fait pour sa toile.

                  Au fil des pages, Ritter divague dans ses souvenirs, ses visions, ses amours. Il étale un savoir qui semble illimité et remplit les lacunes orientalistes du lecteur. Cela étant, cette dérive a un but bien précis : faire l’inventaire complet et savant des liens et des malentendus que tissent l’Europe et l’Orient depuis des siècles.

                  En ce qui concerne le titre de Boussole, on peut se demander à quoi il correspond. Est-ce celle du musulman qui indique La Mecque et qu’on voit dans les chambres d’hôtel ? Oui bien cette boussole est-elle celle du narrateur Franz Ritter, qu’il a achetée à Bonn ?

                  Un roman à lire pour découvrir un orientalisme secret et très personnel. Ce  texte ne manquera pas de vous éblouir sur l’univers parfois sombre de l’orientalisme (notamment décrit pas E. Saïd).


Aucun commentaire:

Publier un commentaire