mardi 7 mars 2017

Rencontre avec Damien D – Étudiant français expatrié à l’étranger


    Grâce à mes études, j’ai pu rencontrer plusieurs personnes très sympathiques et assez uniques en leur genre. C’est sans trop hésiter que je me suis dit qu’une rencontre avec Damien D, pouvait être intéressante. Il y a quelques temps, je vous avais proposé un article à propos des étrangers qui viennent s’installer en France, pour une période plus ou moins longue – et principalement pour leurs études. Aujourd’hui, je vous soumets l’inverse : un français à l’étranger, comment ça se passe ? Est-ce si différent des situations que l’on observe quand des expatriés étrangers débarquent en France ?

A propos de Damien
            C’est un  doctorant âgé de 25 ans qui travaille au moment de l’entretien travaille à l’INRA., passionné par l’environnement. Il s’est beaucoup engagé au sein de La Cité Internationale Universitaire de Paris en tant que président de l’Assemblée Générale et administrateur de la fondation de la Cité. Il a beaucoup voyagé et c’est ce qui m’intéresse ici.

Les voyages ?
            Oui, bien entendu, nous allons parler de voyages. Damien est de ceux qui ont pas mal la bougeotte : dès tout petit, il part avec ses parents – comme une bonne partie des enfants je suppose. En famille, ce doctorant écume (en vrac) la Malaisie, la Turquie, La Tunisie, l’Espagne, le Sénégal et la Laponie suédoise. Les éléments marquants de Damien sont nombreux mais tous positifs, il me parle notamment de sa surprise concernant le lien que certaines communautés entretiennent avec les animaux.

            Après quelques voyages en France durant ses périodes d’études, Damien se dirige en 2012 vers le Canada grâce à un programme d’échange universitaire. Ce séjour qui a duré quatre mois et demi l’a fortement marqué. Stagiaire, il se dirige à l’hémisphère Sud : l’Australie. Il a travaillé dans le domaine de la conservation des koalas (avouez, vous avez toujours eu envie d’aller aider à conserver les koalas). Selon Damien, c’est encore un voyage d’apprentissage.

Pratique et accueil d’un français à l’étranger
            Question toute bête mais somme toute intéressante : le jet lag. Une chose est dite : le décalage horaire est toujours quelque chose qu’on appréhende avant le départ. L’expérience de Damien est assez intéressante car son voyage en Australie le pose face à une décalage de 8 heures avec la France. Le décalage se sent les premiers jours selon ses dires, mais les journées sont vivables. Cela dit, tout dépend de l’âge et le la situation physique du voyageur.

            Le truc moins glop va-t-on dire, c’est l’impact sur le sommeil qui est assez important. Damien déclare : « Je me souviens qu’en Australie pendant presque deux mois, je me réveillais naturellement vers 5 heures du matin puis somnolait jusqu’au levé. Vice versa de retour en France ».

            Damien souligne le même phénomène que ses camarades étrangers qui viennent s’installer en France : « Au delà de ça, c’est les proches avec qui on a envie de partager des choses au quotidien qui sont loin. Il faut attendre plusieurs mois avant de les retrouver. Malgré le fait qu’on soit entouré à l’étranger, des moments solitudes intenses peuvent apparaître ».

            L’accueil à l’étranger n’a jamais été mauvais pour Damien. Il indique tout de même qu’il existe des différences culturelles : « en Côte d’Ivoire, les gens nous accueillent comme si on était de la famille dés le premier soir. En  Chine, les gens sont beaucoup plus réservés et montrent moins leurs émotions ».

            En ce qui concerne les formalités administratives… Elles se passent bien en règle générale. Mais attention au temps d’obtention de certains visas.

Et le retour en France ?
            « De mon côté j’appréhende toujours le retour en France avec joie. Il y a d’abord les retrouvailles avec des proches et puis cette volonté de faire vivre ce qu’on appris à l’étranger dans notre quotidien en France. Bien sûr il y a toujours des contrastes qui sautent aux yeux lorsque l’on débarque à Paris. Lorsque que je reviens d’Afrique, j’ai toujours l’impression de revenir dans un monde en noir et blanc ».

Merci à Damien pour le temps qu'il a consacré aux réponses de cet article, ce fut un travail très intéressant. Bonne suite !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire