mercredi 13 décembre 2017

Montagne en Scène



    Bon je sais, j'ai failli à ma tâche, lâchement. Aujourd'hui, je vous ai préparé un compte rendu de plusieurs films ayant pour sujet, vous l'aurez deviné, la montagne. Comme j'en ai pris - plus ou moins l'habitude - je me suis rendue au Festival Montagne en Scène qui regorge de pépites cinématographiques mais qui donne une autre vision de la montagne que celle que nous avons habituellement. Encore une fois, la programmation était une réussite et je ne suis pas ressortie indemne de la séance. 

    Qu'en est-il de cette programmation justement ? 6 films, tous très bien, mais dont la teneur varie de l'un à l'autre, dont le thème ou le lieu change sans pour autant "trop" dépayser les habitués de la montagne. Les films qui ont été projetés sont - ils le sont toujours à Montagne en Scène, du moins pour moi - de grande qualité. Voici lesdits films...

    La séance a commencé par un hommage à Ueli Steck dont j'ignorai l'identité jusqu'alors. J'ai apprécié ce moment même s'il intervient dans un contexte peu joyeux, j'ai pu découvrir qui était cet homme et je ne regrette pas une seconde, c'était enrichissant, et émouvant à la fois. Une réussite. Ensuite, nous avons pu voir Ya Mas : Snowmads in Greece. Ce film montre l'impensable : aller faire du snowboard en Grèce. Et pourtant... les images parlent d'elles-mêmes. Les paysages laissent songeurs et l'aventure entre amis dans un camping-car aussi. Ce n'est pas là l'histoire de faire du snow mais c'est aussi le chemin qu'il faut parcourir pour rallier le site. Un film magique qui laisse rêveur. 

    Deux films que j'ai apprécié ont suivi : Marco, étoile filante et This is home. Le premier est un film documentaire sur un homme qui m'était jusque là inconnu : Marco Siffredi. C'est un beau document qui présente sa carrière, ce qu'il faisait, comment il le faisait et à quel point il mettait du coeur dans ses descentes. Les conditions en haute altitude sont plus concrètes une fois qu'on vu ce documentaire. Et malgré le fait que ce sportif soit aujourd'hui disparu, il nous reste en mémoire son caractère attachant et sa franchise, mais aussi son côté casse-cou qui n'appartenait qu'à lui. Le second est un peu plus léger et marque le passage de flambeau entre Candide Thovex et Henry Sildaru. Un court moment plein de promesses et qui fait montre d'une très belle maîtrise de l apart d'un jeune sportif de 10 ans tout juste.

    Les derniers films dont je vais parler sont tout aussi géniaux que les précédents mais il fallait bien que je vous en parle dans un ordre défini, alors j'ai pris les choses comme elles venaient, ne m'en veuillez pas... J'ai nommé Riso Patron et Waking Dream. Le premier film met en images une expédition qui regorge de moments drôles et d'autres moins, dont la blessure d'un des membres de l'équipe - mais je préfère ne pas trop en dire. Le dernier documentaire quant à lui dure une vingtaine de minutes et nous montre de très belles images du Mont Blanc. Un film agréable et réussi. 

    En conclusion, un festival qui dure et qui ne déçoit jamais ses spectateurs. La surprise est au rendez-vous mais les émotions aussi et c'est ce qui fait la force de Montagne en Scène. Rendez-vous très vite pour la Summer Edition. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire