mercredi 14 février 2018

Il était une critique... Le Labyrinthe - Le remède mortel


USA, 2018
Réalisation : Wes Ball
Interprétation : Dylan O'Brien, Kaya Scodelario, Ki Hong Lee
Scénario : T.S Nowlin d'après l'ouvrage de James Dashner
Production : Twentieth Century Fox Film Corporation
Distribution : 20th Century Fox France
Durée : 143 minutes
Sortie : 7 février 2018 (France)

    
    Il y a quelques temps, sortait en salles la suite du Labyrinthe. Je ne me souviens plus si j'avais écrit à ce sujet mais dans tous les cas, c'est avec recul que je me suis approchée de ce film. Dans mon souvenir, il s'agissait d'un film que je qualifierai sans me tromper de film pop-corn. Le genre de film durant lequel on n'a pas peur de faire du bruit en mâchonnant allègrement alors qu'il défile à l'écran.

    Sans grande surprise, ce n'est pas le film de l'année... Et pour cause, l'intrigue est prévisible. L'issue aussi (promis, je ne spoile pas). Les personnages, bien qu'attachants, sont assez caricaturaux et le film ne laisse que peu de surprises. C'est décevant même si en voyant l'affiche, on se dit que quand même, pour décompresser de la semaine minable qu'on vient de passer, c'est le film idéal.

    Le scénario est faible, les dialogues creux, les images jolies même si on peut faire mieux. Ce n'est pas le premier film que je recommanderais d'aller voir (ni même d'aller voir au cinéma tout court), mais si jamais on a envie de poser son cerveau et de le récupérer à la sortie, pas de souci, on peut y aller les yeux fermés.

    Ce film baigne dans le cliché à l'état brut, les scènes de sauvetage héroïque n'y sont pas pour rien est les "Non, je ne t'abandonnerai pas" non plus. Le premier volet était intéressant, saisissant et donnait au spectateur l'envie d'aller voir plus loin que le Labyrinthe. Ce dernier opus, qui ferme le cycle de trois films assez inégaux, manque d'originalité et donne une impression de déjà-vu assez mémorable. Cependant, pour les amateurs de films d'action, le plaisir peut-être là... Un plaisir coupable sûrement, mais un plaisir quand même.

   In fine, ce film est comme toutes les dystopies adolescentes qui trainent en ce moment et qui arrivent en bout de course : fade.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire